Les accros du vélo sillonnent le canton

Philipp Krick a créé sa cyclomessagerie voici vingt-quatre ans.

kirck messagerie

QU’EST-CE QUI A CHANGÉ DEPUIS VOS DÉBUTS?
La manière assez latine de conduire reste la même en ce qui concerne les automobilistes. Mais aujourd’hui les mauvais comportements viennent des cyclistes, qui sont plus nombreux. Et je trouve que les transports publics n’ont pas progressé. ils sont compliqués, lents, pas fiables. Pour les cyclistes, les aménagements ne sont pas toujours judicieux, les pistes cyclables se terminent par endroit en piège. À Genève, les vélos sont souvent sur les trottoirs, on ne voit pas ça ailleurs. Il y a aussi les vélos électriques ; malheureusement, ceux qui les utilisent montrent la plupart du temps qu’ils ne savent pas rouler: c’est dangereux, il faudrait qu’ils apprennent. Fabian fait ce travail depuis huit ans, Florian quatre.

POURQUOI AVOIR CHOISI CE MÉTIER?
Pendant mes études d’assistant socio-éducatif, j’ai commencé à faire le coursier. J’ai découvert que c’est une communauté extraordinaire, nous sommes tous des passionnés. Il y a même un championnat du monde de la discipline. Si je voyage ailleurs, je vais dans la première cyclomessagerie et je trouve quelqu’un pour m’héberger. Et puis je peux travailler à temps partiel à plein temps ce serait impossible.

POUR VOUS, C’EST AUSSI UNE PASSION. COMBIEN DE COURSES FAITES VOUS CHAQUE JOUR? 

C’est assez variable; ça dépend si on a des courses normales, c’est-à-dire entre deux adresses, des tournées, des courses lointaines ou des aller et retours avec beaucoup de temps d’attente. Mais en moyenne une bonne vingtaine.

UTILISEZ-VOUS LES PISTES CYCLABLES?
Rarement, elles sont contraignantes, nous obligent à faire des détours. Notre temps est compté, nous ne voulons pas être bloqués.

PORTEZ-VOUS LE CASQUE?
Toujours, c’est l’entreprise qui l’exige. À titre privé, je le porte aussi, c’est devenu un réflexe. Quand on leur demande quelles sont les principales difficultés rencontrées dans le trafic, leur première réponse est l’inattention. Il faudrait que les automobilistes et les scootéristes regardent dans leur rétroviseur. Et fassent systématiquement attention en ouvrant leur portière, pour eux une porte qui s’ouvre soudainement c’est le cauchemar.

Gil Egger


Auteur : tcsgeneve

Nous sommes une association suisse qui propose différents services et qui analyse, parle de toutes les formes de mobilité. Échangeons!

4 réflexions sur « Les accros du vélo sillonnent le canton »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s