Traversée du lac, un pont. Mais quel pont ?

Le Conseil consultatif Traversée du lac s’est prononcé: la variante rassemblant le plus d’atouts est celle «tunnel-pont-tunnel». Le Conseil d’État devra à son tour faire son choix. Mais quel pont peut-il être réalisé à Genève? Le choix est vaste.

 

DE NOMBREUX EXEMPLES
De nombreuses réalisations peuvent inspirer les autorités genevoises. Certaines ont redonné un surcroit de panache à des régions, augmentant leur attrait. Sans préjuger de ce que choisira le Conseil d’État, faisons un tour d’horizon des possibilités.

LE PONT, POURQUOI?
Tout d’abord, le pont s’impose pour une raison géologique: le fond du lac est trop instable. Creuser plus profond paraît impossible, cela occasionnerait des pentes très raides. Imaginer un «tunnel flottant», jamais réalisé dans le monde, expose à des surprises et des coûts faramineux. Le bon sens lui-même écarte cette hypothèse: mettre un tunnel flottant dans le courant expose à des ennuis évidents.La variante tunnel-pont-tunnel répond à deux logiques: éloigner les nuisances des rives, d’environ 500 m et minimiser les accroches sur les rives.

 

Pont en poutre de l'Île de Ré

Pont en poutre de l’Île de Ré

QUEL PONT?
Plusieurs techniques sont disponibles pour construire un pont.

LE PONT POUTRE
La plus simple consiste à mettre des piles au fond du lac et poser le pont dessus. Technique très connue, subsiste le problème géologique en ce qui concerne le Léman.

LE PONT SUSPENDU
Deux piliers élevés sont érigés, un câble les relie en passant par le milieu du pont. De ce câble principal descendent d’autres câbles pour soutenir le tablier. Le Golden Gate de San Francisco est très représentatif. À Genève, les responsables de l’aéroport émettent quelques réserves au sujet de l’éventuelle hauteur de l’ouvrage.

LE PONT HAUBANÉ
Des câbles partent des piliers, de part et d’autre. Ils peuvent soutenir la partie extérieure du tablier, intérieure, ou les deux.
Les piliers sont moins hauts que ceux du pont suspendu, leur nombre dépend de la portée. Ils peuvent être symétriques, asymétriques, à piliers verticaux, penchés, etc.

LE PONT EN ARCHE
Un arc de cercle sous le pont, ou au-dessus, avec des câbles de soutien, ou les deux: une technique qui permet de belles réalisations. Sous le pont: il y a évidemment lieu de laisser le passage pour les bateaux de la CGN.

Tunnel-Pont-Tunnel

Des raisons techniques prêchent pour la variante préconisée par le Conseil consultatif Traversée du lac. Il est hasardeux de parier sur la possibilité de poser un tunnel sur le fond. L’instabilité créerait des problèmes difficilement solubles. La jolie idée d’un tunnel flottant ne résiste pas aux analyses: le courant n’est pas anodin, il imposerait des contraintes colossales. Raison pour laquelle la variante propose un tunnel partant de chaque rive, débouchant assez loin pour diminuer les nuisances, la route se poursuivant sur un pont. À noter que cela permet, le cas échéant, à la mobilité douce d’emprunter une voie à l’air libre avant de rejoindre le pont.

 

Pont suspendu du détroit d'Akashi

Pont suspendu du détroit d’Akashi

Auteur : tcsgeneve

Nous sommes une association suisse qui propose différents services et qui analyse, parle de toutes les formes de mobilité. Échangeons!

Une réflexion sur « Traversée du lac, un pont. Mais quel pont ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s