Déconfinement et mobilité

Vers une reprise de la mobilité ?

Au début du déconfinement annoncé le 19 avril dernier par les autorités, comment le réseau des transports publics et les autres moyens de déplacement perçoivent la reprise de la mobilité? Pour l’ensemble des acteurs de la mobilité comme pour le TCS, le but reste avant tout d’accompagner les citoyens dans leurs déplacements présents et à venir.

Nouveau tour de piste avec François Mutter, porte-parole des Transports publics genevois – tpg.

Comment les tpg perçoivent et analysent la reprise de la mobilité?

François Mutter: En accord avec les autorités du canton de Genève, nous avons pour objectif que l’offre des Transports publics genevois (tpg) soit la plus importante possible au 11 mai et ce, afin d’accompagner la reprise partielle des activités économiques et scolaires. À cette date, nous allons assurer un service quasi normal des trams et des bus. D’ici-là, nous poursuivons nos efforts pour que nos clients puissent voyager en sécurité d’un point de vue sanitaire.

Quel est l’impact d’une telle crise?

Du train à l’avion en passant par le bateau et le bus, la crise a eu un impact sur l’ensemble des modes de transport. Suite aux mesures prises au niveau fédéral et aux recommandations émises par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), nous avons connu aux tpg une diminution de la fréquentation et par conséquent, une baisse de recettes.

En termes de chiffres, comment se manifeste cette baisse de trafic?

Nous transportons actuellement en moyenne entre 115’000 et 120’000 voyageurs par jour en semaine, contre plus de 800’000 habituellement. Cela équivaut à une baisse de 85% de notre fréquentation, ce qui est exceptionnel.

À quelques jours de la reprise, comment se préparent les tpg?

Nous allons agir progressivement et par étapes. En étroite collaboration avec l’Office cantonal des transports (OCT) de l’État de Genève, nous avons engagé le processus en vue d’un retour à la normale au 11 mai.  À ce titre, notre offre va s’améliorer dès lundi 27 avril avec une augmentation notable des fréquences sur plusieurs lignes principales (bus et tramways).

Qu’est-ce que cette reprise de la mobilité va entraîner?

Pour assurer la mise en place de cette nouvelle offre, nous allons procéder pour la troisième fois en moins de deux mois à une nouvelle planification de nos horaires, ce qui représente un travail considérable. Nous allons aussi nous assurer de la bonne marche de toute notre flotte, sollicitée dans une moindre mesure au cours des dernières semaines. Vis-à-vis du grand public, un certain nombre d’éléments restent encore à préciser avec notamment, à la demande de la Confédération, l’élaboration par les CFF et CarPostal d’un concept de protection au niveau sanitaire pour l’ensemble des entreprises de transports publics en Suisse.

Comment les tpg ont géré la crise?

Rappelons que les transports publics ont reçu pour mandat du Conseil fédéral de maintenir une offre de base. Cela signifie que depuis le début de la crise, nous avons poursuivi nos activités sans arrêt. Nos conducteurs en particulier ont continué à être sur le terrain pour accompagner toutes celles et tous ceux qui devaient impérativement se déplacer. Une cellule de gestion de crise a été mise en place il y a plusieurs semaines de cela pour faire face à la situation au quotidien.

Comment cela s’est passé en interne?

Afin de protéger la santé de nos collaborateurs, nous avons initié différentes mesures. Elles ont consisté en particulier à:

  • protéger les personnes vulnérables
  • organiser le télétravail pour nos collaborateurs dont la présence n’était pas impérative sur le réseau et dans les bureaux 
  • distribuer du matériel désinfectant (lingettes et solutions hydro-alcooliques) à nos conducteurs
  • isoler les cabines de conduite et les désinfecter au quotidien
  • mettre en place une «hotline» en vue d’un traitement accéléré d’anomalies constatées
  • repenser l’accès et le nombre des locaux de pause

Et à l’externe?

Nous avons également agi pour protéger la santé de nos clients, à travers notamment:

  • un service de base permettant de respecter la distanciation sociale exigée par les autorités, ce qui a entraîné la baisse d’environ 50% de notre offre pour une baisse de la fréquentation de 85% afin de maintenir de l’espace dans nos véhicules
  • le renforcement du nettoyage des véhicules avec des lotions désinfectantes durant la journée et lors du retour aux dépôts

Dans cette nouvelle phase, comment les tpg vont accompagner leur personnel et les voyageurs?

Actuellement, nous travaillons sur la manière dont le retour au travail de nos collaborateurs doit s’organiser, compte tenu de ce nouvel environnement. En parallèle, les efforts de prévention et de protection à l’égard de leur santé vont être poursuivis, et bien sûr, nous allons continuer de communiquer avec notre clientèle.

Propos recueillis par Catherine Delaby

2 réflexions sur « Déconfinement et mobilité »

  1. Merci Mercidevpreconiservlevmort de masques dans les bus…. d’interdire les vélos dans les trams, il n’a déjà pas beaucoup de place…pour les poussettes …
    Merci de passer des messages le long du trajet de veiller à garder pour le bien de tous les distances et laisser descendre avant de monter…
    De céder la place aus femmes enceintes et personnes âgées au lieu de plongéer le nez dans lo mobile en faisant semblant de rien voir.
    Interdire de mettre les pieds et valises sur les sièges, interdit de s’assoir sur deux sièges jambes écartées pour ces messieurs…avec un gros paquet…
    Bus 10 et 5 de l’Aéroport en rouge et blanc…et Moins d arrêts svp UNIQUEMENT POUR L’AEROPORT …c’est cardiaque de voir l’image de la Suisse en passant sous le quai 9, …et un bus plus approprié POUR TOURISTES avec 3 bacs à valises 1PARK à poussettes…
    ET SVP LES SIÈGES VELOURS SONT ANTIHYGIENIQUES!!!
    METTEZ DES SIÈGES PLASTIQUES RECICLE METAL ET VOUS LAVEZ TOUT AU KARCHER FUMIGUÉ!!!

Laisser un commentaire