Dompter sa petite reine pour rouler serein en ville

Se déplacer à bicyclette en ville ? Comment vous dire ? Certaines personnes, déroutées et effrayées par l’intensité du trafic, préfèrent y renoncer. Le TCS à Genève a proposé dès le printemps des cours sur mesure qui permettent aux participants de déjouer les dangers et circuler en toute sécurité. Il est encore temps d’en profiter, le dernier cours a lieu le 1er septembre !

Voici un petit reportage pour vous donner une idée car oui j’y suis allée.

Mimi, Brigitte et Astrid se tiennent debout devant leur vélo qui repose sur la béquille. Toutes trois écoutent pour l’instant, avec la plus grande attention, le préambule de Jean-Michel Retfalvi, instructeur et anciennement Responsable de la Brigade d’éducation et de prévention.

Les trois participantes au cours suivent attentivement les instructions de Jean-Pierre Retfalvi pour apprendre à bien maîtriser leur vélo. Jean-Michel est aujourd’hui actif au sein du TCS Genève en tant que membre du Comité et commissaire au sein de la commission Sécurité et prévention. Son expérience en tant que Responsable de la Brigade d’éducation et de prévention est précieuse. Les participants sont donc entre de bonnes mains.

Le cours, qui va durer plus de trois heures, portera sur des éléments théoriques, notamment tout ce qui relève des dispositions légales en matière de déplacement à vélo, sur des exercices favorisant une bonne maîtrise du deux-roues et enfin une mise en pratique des consignes à travers les rues de Genève. «Chaque élève devra revêtir un gilet jaune avant de s’élancer sur les bandes et pistes cyclables», lance d’emblée l’instructeur. Même si le vêtement fluorescent n’est pas obligatoire, il est vivement recommandé par le TCS à des fins de visibilité et donc de sécurité.

Chacun son objectif

Brigitte, une sémillante septuagénaire, n’est pas une débutante. «Je fais du vélo depuis mes plus tendres années», déclare-t-elle à la cantonade. Si elle s’est inscrite aujourd’hui à un cours de perfectionnement c’est pour sortir des sentiers battus, autrement dit s’aventurer sur de nouveaux itinéraires hors du périmètre qu’elle a l’habitude de sillonner. Astrid, une jeune maman, n’a quant à elle pas envie, de rester à la traîne lorsque ses enfants, habiles cyclistes, veulent l’entraîner pour une promenade dominicale. Mimi confie pour sa part que, depuis l’émergence de Covid-19, elle n’a guère envie d’emprunter les transports en commun. «J’aimerais acquérir un peu plus d’aisance avant de me lancer à l’assaut des routes genevoises et me rendre à mon travail chaque jour». Et c’est bien face à la multiplication des cyclistes en ville de Genève et en périphérie – singulièrement depuis la crise sanitaire – que Jean-Pierre Knoblauch, Responsable sécurité routière au TCS Genève, et son équipe ont eu l’idée de mettre en place le module «vélo urbain».

Jean-Michel Retfalvi, observant tour à tour les trois bicyclettes des participantes, énonce maintenant l’équipement requis. Si la sonnette, n’a plus de caractère obligatoire, en revanche l’éclairage avant (blanc) et arrière (rouge) ainsi que les catadioptres (disques réfléchissant la lumière) sont dûment requis. Et le port du casque, dont chaque élève s’est soigneusement munie? «Pour les vélos classiques, il n’est nullement exigé par la loi, qui ne le préconise que pour les bicyclettes électriques atteignant une vitesse de 45 Km/h», affirme le commissaire Sécurité et prévention. Mais là encore le TCS en recommande l’usage au même titre qu’il invite les cyclistes à opter pour de bonnes chaussures et des vêtements couvrants qui réduiront l’impact des chutes éventuellement.

En selle

Les trois adeptes de la petite reine sont désormais confrontées à un gymkhana entre cordelettes et cônes installés sur l’esplanade des Vernets. Il s’agit de garder le cap, de tendre un bras, de tourner la tête pour indiquer un changement de direction. Les premières tentatives sont hésitantes mais au troisième passage, les trois cyclistes zigzaguent avec habileté autour des obstacles. Reste encore à bien appréhender le jeu des priorités et des dépassements. «Si sur la chaussée la bande peinte en rouge constitue une indication pour les automobilistes qui doivent alors céder la priorité aux cyclistes, pas question pour autant de baisser la garde. Il faut rester vigilant en toutes circonstances», insiste l’instructeur. Et de rappeler que la façon la plus fiable de se positionner devant un stop ou un feu rouge en présence d’un poids lourd est de demeurer à l’arrière sur le côté et de s’abstenir de remonter le long du véhicule. Car la visibilité est généralement insuffisante pour le conducteur du camion».

Voilà les trois élèves prêtes à suivre l’instructeur pour un tour de piste à Carouge. Prêtes aussi à mettre en pratique les conseils judicieux nouvellement acquis et qui reposent sur deux valeurs essentielles: respect des autres usagers de la chaussée et renonciation en cas de difficulté. Un peu sur l’air de rien ne sert de courir, mieux vaut partir à point. 

Adélita Genoud

L’inscription pour le prochaine cours Vélo en ville, c’est par ici !

Laisser un commentaire