Sortie à moto dans le Val d’Anniviers

C’était une belle sortie de 450 km sans difficulté majeure sur de belles routes goudronnées de montagne. En voici le récit.

A 7:30, nous partons du Centre technique TCS à Meyrin pour nous rendre à Chamonix. Le groupe fait une première halte pour un café croissant au restaurant du Col de la Forclaz.

De nombreux virages nous plongent, ensuite, dans la vallée du Rhône. Nous empruntons l’autoroute de Martigny jusqu’à Sierre où les réservoirs assoiffés de nos motos nous obligent à un arrêt avant « d’attaquer » les nombreux lacets qui montent vers le Val d’Anniviers.

Quelle est belle la traversée de ces petits villages typiques comme Ayer! Notre point de ravitaillement se situe à l’Hôtel-Restaurant de Moiry à Grimentz. Un succulent repas nous y est servi pour nous aider à la montée vers le Barrage de Moiry; route pendue et sinueuse qui débouche sur la couronne de barrage. On prend la route à gauche de la sortie du tunnel qui nous conduit au pied du glacier à 2340 mètres.

Nous retournons au barrage pour nous désaltérer à la buvette de Moiry où nous pouvions jouir d’une vue magnifique.

Mais, il est déjà l’heure de penser à redescendre dans la vallée. Pour varier les routes, nous suivons la rive gauche de la Navizence en passant par Saint-Jean, Pinsec, Vercorin, Loye pour rejoindre la vallée à Grône.

Nous empruntons la petite des berges du Rhône côté gauche jusqu’à Riddes. Après un petit arrêt pour remplir les motos les plus assoiffées nous partons direction Monthey. Un nouvel arrêt est nécessaire pour faire le plein des autres motos avant d’attaquer la montée vers la station de Châtel. On prend la direction de Thonon en descendant la magnifique vallée d’Abondance. Pour éviter la longue file de voitures qui roulent en direction de Genève, nous bifurquons sur Yvoire puis Vésenaz par la route du lac.

A 18 heures, nous voilà au Centre technique TCS les yeux remplis de beaux paysages. Le rendez-vous est pris pour la sortie d’automne.

Nombre de participants : 22 personnes.

La sortie en images :


Immersion avec la Patrouille du TCS

Découvrez le métier de patrouilleur lors d’une journée de froid glacial.

Qui dit neige à Genève, dit chaos sur les routes. Compte tenu des conditions météorologiques, ces derniers jours ont été particulièrement intenses et éprouvants pour nos patrouilleurs. Outre la difficulté de circuler dans le canton, ils ont dû faire face à une avalanche d’appels, prolongeant souvent leur journée de travail de plusieurs heures. J’ai eu la chance de pouvoir rejoindre l’un d’eux dans la célèbre voiture jaune du Touring Club Suisse.

 

patrouille tcs

 

A peine le temps de me présenter que le premier signalement de panne nous parvient sur l’écran de bord du véhicule. L’information transmise par le membre sur la panne mentionne uniquement que « la voiture ne démarre plus ».

Je suis perplexe mais je vois que cela ne trouble pas notre patrouilleur. En une vingtaine de minutes, nous voilà arrivés sur le lieu de la panne.

 

patrouille tcs intervention
Il ne faudra que quelques secondes pour que le diagnostic tombe : un tuyau a cédé à cause du gel. Je prête l’oreille à l’explication du membre fâché ; apparemment son amie aurait mis de l’eau la veille au soir dans le circuit de refroidissement, et à de telles températures, le tout à gelé. Les dégâts sont trop importants pour être réparés sur place, le véhicule doit être remorqué vers un atelier de réparation.

 

intervention patrouille tcs
A peine remontés en voiture, nous recevons un deuxième signalement. Cette fois, il est précisé que la batterie ne semble plus fonctionner et qu’un pontage serait nécessaire. Malgré la dizaine de centimètres de neige sur la route, nous arrivons en 15 minutes sur place.

Equipé d’un testeur de batterie, notre dépanneur analyse l’état de celle-ci et imprime un rapport qu’il donne directement au membre, avec les recommandations à prendre en compte. Il ne s’agit ici que d’un petit « coup de froid » qui se règle sur place. Comme dans 80% des cas de panne, le client peut repartir directement avec son véhicule…et son sourire.

 

intervention patrouille tcs

 

Les trois signalements de pannes qui suivent concernent eux-aussi des batteries à plat. Normal ! C’est « la panne la plus courante durant la période hivernale » me dit le patrouilleur. J’ai moi-même déjà expérimenté cette panne plusieurs fois avec mon scooter. Il ne nous reste plus qu’à remonter en voiture et poursuivre notre route !

Au total, ce sont 14 patrouilleurs sur un effectif de 23 qui sillonnent les rues du canton en permanence. Quotidiennement, chacun d’entre eux résout en moyenne 9 à 10 pannes, en effectuant plus de 120 kilomètres. La durée sur place varie entre 15 minutes à 1 heure suivant la complexité du cas. Bien que leur mission principale soit avant tout de résoudre un problème sur un véhicule et de garantir la mobilité, l’aspect social est un point primordial dans la profession. Ils doivent être capable de réagir et s’adapter à chaque client, qu’il soit mécontent, ou tout simplement désemparé. Notre patrouilleur affirme par ailleurs « qu’aucune journée ne se ressemble », ce qui le motive d’autant plus dans son travail.

Si le métier vous intéresse ou que vous souhaitez en apprendre davantage sur les patrouilleurs rendez-nous visite sur notre stand au Salon de l’automobile de Genève. Un patrouilleur sera sur place pour parler de son métier. Il sera d’ailleurs possible d’observer la voiture de patrouille de près et d’en voir les différents éléments qui la composent.

Nicolas Pollacchi


 

Une initiation à la course d’orientation

Course d'orientation avec le CERN

Carte postale de la course d’orientation organisée en coopération avec le CERN par le groupe de travail « Tourisme et Loisirs ».

Ce samedi 4 novembre, nous avons eu le plaisir d’accueillir 10 familles pour un moment de partage et d’apprentissage…

Ne pas perdre le nord, repérer le point de départ, analyser les obstacles du terrain… Grâce aux explications de Benoit et Jean-Bernard, nos sympathiques instructeurs du Club d’orientation du CERN, une vingtaine d’enfants et leurs parents se sont initiés à ce sport de nature qui sollicite à la fois les jambes et la tête. Des plus petits aux ados, tous se sont pris au jeu et sont parvenus à trouver les balises disséminées dans les bois. Une jolie expérience qui a sans doute donné à certains l’envie de se mettre à la course d’orientation.


Les Cours Juniors

Simulation d’un accident avec un cycliste. C’est notre commission Sécurité et Prévention qui est l’initiatrice de ce cours.

Le vendredi 27 octobre s’est terminé le dernier Cours juniors de l’année 2017. 35 jeunes se sont préparés notamment à l’examen théorique qu’ils passeront le mercredi 1er novembre au Service cantonal des véhicules.

Le Cours juniors permet aux jeunes de 16 à 21 ans de se préparer intensivement à l’examen théorique, tout en apprenant des bases de la conduite et comment se comporter dans certaines situations.


 

Une journée à Soleure

Soleure

Carte postale illustrant notre journée organisée par Isabelle Ferrari et Sylvia Graa, membres du groupe « Tourisme et Loisirs ».

Soleure s’est parée de ses plus beaux atouts pour nous recevoir en ce samedi matin du 14 octobre 2017. Le marché était animé dans les pittoresques ruelles de la dite « plus belle ville baroque de Suisse ». Et je vous le confirme, Soleure mérite ce qualificatif. Une splendide lumière d’automne, nous a accompagnée tout au long de la journée. Nos deux guides Hans-Peter Mathis et Susanne Imhof nous ont conté l’histoire de Soleure. Nous avons déjeuné au Zunfthaus zu Wirthen.

L’après-midi, la visite a continué aux gorges de Sainte Vérène. Après un échange avec l’ermite Michael Daum, notre journée s’est terminée autour de la Solothurner Torte (que je vous conseille) au restaurant « Einsiedelei« .


Une balade à vélo, faune et flore

Balade à vélo entre faune et flore

Carte postale de notre sortie à vélo organisée par le groupe Cyclotourisme. Dimanche, le 15 octobre 2017.

Nous étions une vingtaine en vélo route, VTT, vélo électrique de 20 à 77 ans a avoir pu profiter du parcours imaginé et encadré par Tania, Philippe et Nicolas.

Notre parcours dans les grandes lignes comportait les étapes suivantes :

  • Gustave-Ador
  • Bellevue
  • Versoix
  • Mies
  • Chavannes-de-Bogis
  • Chavannes-des-Bois
  • Richelien
  • Collex-Bossy
  • Chambesy
Balade à vélo

Un arrêt a été fait au parc animalier de Challandes. Certains d’entre-nous ne connaissaient pas ce parc, c’était donc une belle surprise.